Cette lettre ouverte a été envoyée à M. Yvan Gauthier, président-directeur du CALQ, le 16 juin 2011. Prière de faire circuler dans vos réseaux.

Version PDF Réponse de M. Yvan Gauthier

Page Facebook


Montréal, le 16 juin 2011

M. Yvan Gauthier,
Président-directeur
Conseil des arts et des lettres du Québec
500, Place d’Armes
15e Étage
Montréal
H2Y 2W2

Par la présente, nous souhaitons porter à votre attention une problématique que nous croyons de première importance dans les arts numériques au Québec et au Canada : l'importance pour le milieu de favoriser le développement et l'utilisation d'outils logiciels et électroniques libres.

Contexte

Les logiciels libres ont fait leur apparition dans les années 1960 et 1970. Dans les années 1980, le logiciel libre devient un mouvement, avec la création par l'informaticien Richard Stallman du manifeste GNU [1] : en moins de trente ans, les règles de transparence du développement, de gratuité, de création et de gestion collectives ont fait émerger des centaines de milliers de logiciels et de projets utilisés dans toutes les sphères de la société.

Les logiciels libres donnent la liberté aux utilisateurs d'utiliser le programme dans n'importe quel but, d'en étudier et d'en améliorer le fonctionnement, d'en distribuer des copies gratuitement ou non et de publier les améliorations pour qu'elles profitent à toute la communauté.

La fonctionnalité, la fiabilité et la qualité des grands logiciels libres leur ont assuré un succès mondial : ainsi plus de 50% des serveurs Web de la planète utilisent un logiciel libre [2] et Google a choisi de distribuer sa plate-forme pour les technologies mobiles Android sous licence libre.

Dans le milieu artistique, les logiciels libres ont pris une ampleur considérable. Plusieurs logiciels libres généralistes ou spécialisés dans un médium ont fait leur apparition dans les dernières années et sont utilisés par des artistes professionnels : PureData, Processing, Arduino, Blender, GIMP, Audacity, Ardour, Toonloop, Gephex, Freej, Cinelerra, OGRE, etc. Ils permettent le traitement du son, de l'image, de la vidéo, la création 3D, l'édition de jeux vidéos, l'accès aux réseaux, aux protocoles scéniques, aux matériels fixes et embarqués ainsi qu'à la robotique.

Ces logiciels sont utilisés par les artistes car ils sont à la fois gratuits, performants et faciles d'utilisation. Parce qu'ils sont ouverts et souvent documentés dans de nombreuses langues, ils facilitent leur appropriation par les artistes et favorisent la recherche et la création de nouvelles formes d'art. De plus en plus d'artistes intègrent également dans leur pratique artistique le développement de logiciels et de matériaux libres : ils créent leurs propres outils plutôt que de travailler avec des outils déjà existants. C'est l'art qui donne forme à l'outil et non l'outil qui dicte la forme de l'art.

Les avantages du Libre

Or, les programmes des Conseils des Arts ne sont pas adaptés à cette nouvelle culture artistique qui requiert pourtant du soutien afin d’assurer le développement et le maintien de projets de logiciels ou de matériaux libres. Il nous semble aujourd'hui crucial que ces institutions mettent en place des programmes et lignes directrices favorisant le développement d'outils et de pratiques libres.

Le développement d'outils libres va également dans le sens d'une participation à une culture ouverte mondialisée qui propose de partager des outils communs. Cette culture qui est largement adoptée ailleurs dans le monde tarde à être encouragée par les institutions publiques au Canada et au Québec.

Proposition

Pour les programmes de bourses à la recherche et la création des artistes en arts numériques

Nous suggérons que le Conseil :

Pour les centres de production

Nous suggérons que le Conseil :

Nous croyons qu'il est important que le Conseil se penche sur cette question dans sa réflexion sur le développement de nouveaux programmes et sur la révision de programmes existants, notamment par le soutien d'initiatives de développement de logiciels libres et d'une stratégie à plus long terme visant l'appropriation par les artistes de leurs outils de production.

Cordialement,

Organisations signataires 
Sofian Audry, président, Perte de Signal, Montréal 
Maxime Damecour, directeur artistique, Les Laboratoires Foulab, Montréal 
Eliane Ellbogen, directrice artistique, Eastern Bloc, Montréal 
Claudine Hubert, codirectrice générale et artistique, OBORO, Montréal 
Jean Piché, directeur, institut Arts Cultures et Technologies (iACT), Université de 
Montréal 
Monique Savoie, présidente - fondatrice et directrice artistique, Société des Arts 
Technologiques, Montréal 
François Vallée, coordonnateur général, La Chambre Blanche, Québec 
Comité de travail, Réseau Koumbit, Montréal 
Raymond Aubin, président, Daïmon, Gatineau 
 
Signataires individuels 
Guillaume Arseneault, étudiant en média intéractifs 
Jason Arsenault, artiste en arts médiatiques 
Pascal Audet, étudiant en arts visuels et médiatiques et programmeur analyste 
Nathalie Bachand, travailleuse culturelle en arts numériques 
Olivier Bélanger, compositeur et développeur de logiciels audio 
Alexis Bellavance, artiste en arts médiatiques 
Myriam Belley, artiste en arts numériques 
Nicolas Bernier, artiste en arts médiatiques 
Chloé Bertrand, artiste médiatique 
Myriam Bessette, artiste et enseignante au secondaire en arts médiatiques 
Michel Boire, artisan membre du CMAQ 
Nicolas Bouillot, musicien et chercheur au Shared Reality Lab, McGill 
Amélie Brisson-Darveau, artiste en arts médiatiques 
Maryève Boyer, artiste multidisciplinaire 
Mathieu Bouchard, artiste-programmeur, créateur du logiciel libre GridFlow 
Alexandre Castonguay, artiste et professeur à l'École des arts visuels et 
médiatiques de l'UQÀM 
Stephanie Castonguay, étudiante en arts médiatiques 
Sylvain Cormier, fondateur de Jin Motion, Montréal 
Germain Couët, développeur de jeux vidéo 
Patrick Coulombe, artiste en arts numériques 
Ariane De Blois, doctorante et auteur en arts médiatiques 
Hugo Desmeules, intégrateur et développeur en arts numériques 
Marie-Hélène Doré, artiste, membre active de La Chambre Blanche 
Érick D'Orion, artiste en arts audio 
Louis Dufort, compositeur / artiste numérique 
Jean-Michel Dumas, artiste et directeur technique de l'institut Arts Cultures et 
Technologies (iACT) de l'Université de Montréal 
Robin Dupuis, artiste en arts médiatiques et président du CQAM 
Marc Fournel, artiste 
Jean-François Lacombe, artiste multidisciplinaire-professeur 
Jeanne Landry-Belleau, artiste en arts nouveaux médias et en art Web, 
formatrice en logiciels libres à La Chambre Blanche 
Martine Lauzier, artiste en arts médiatiques 
Maryse Lebeuf, étudiante à la maîtrise en Communications, UQAM 
Suzanne Leblanc, professeure en arts médiatiques 
Joseph Lefevre, artiste en nouveaux médias, directeur du programme de 
résidences et SAT[Création], fondateur et coordonnateur de SAT[Mixsessions] à 
la Société des Arts Technologiques 
Claudette Lemay, artiste en arts médiatiques 
Pascale Malaterre, artiste en arts numériques 
Lucie Marchand, artiste et travailleur culturel en intermittence 
Martin Marier, compositeur / artiste en arts numériques 
Félix Ménard, artiste 
Edith Normandeau, membre d'Audiotopie et artiste en arts médiatiques 
Djela Djamba Okoko, designer d'interactions cinématiques 
François Pedneault, artiste et consultant Drupal 
Andrée Préfontaine, artiste 
Maude Prud'homme, organisatrice communautaire 
Alexandre Quessy, artiste-programmeur, créateur du logiciel libre Toonloop, 
directeur du développement logiciel à la SAT 
François Quévillon, artiste en installation et en nouveaux médias 
Nelly-Ève Rajotte, artiste en arts médiatiques 
Emmanuelle Raynauld, étudiante et artiste en arts médiatique 
Martin Renaud, artiste et travailleur culturel en arts médiatiques 
Sébastien Roy, professeur et directeur du Laboratoire Vision3D du Département 
d'informatique et de recherche opérationnelle de l'Université de Montréal 
Audrey Samson, artiste en arts numériques 
Michal Seta, musicien et artiste en arts numériques 
David St-Onge, ingénieur en art robotique 
Heidi Strohl, graphiste 
Thomas Thiery, réalisateur multimédia 
Jonathan Villeneuve, artiste en arts numériques 
Pavitra Wickramasinghe, artiste en arts médiatiques 
Mike Wozniewski, chercheur / programmeur de logiciels libres à la SAT 
 
Signataires internationaux 
Olivier Baudry, artiste en arts numériques, Paris, France 
Pascale Gustin, artiste en arts numériques et autres, Paris, France 
Jean-Paul Jansen, enseignant au CCR de La Réunion, France 
Jean-noël Montagné, Fondateur du CRAS, Saint Ouen, France 
 
cc. : 
Mme Christine St-Pierre, MCCCF,  Alain Depocas, CALQ, Réjean Perron, CALQ, 
Marie-Michèle Cron, CAM, Isabelle l'Italien, CQAM, Bastien Gilbert, RCAAQ 

[1] Le manifeste GNU, voir http://fr.wikisource.org/wiki/Manifeste_GNU
[2] Source: http://www.scriptol.fr/web/statistiques.php
[3] Voir par exemple: http://fr.flossmanuals.net/Puredata/Introduction

Dossiers/ArtOpenSourceLettreOuverteCALQ2011 (last edited 2011-08-06 00:56:29 by TaTs)