LA NÉGOCIATION DU SENS COMMUN DANS LES WIKIS PUBLICS

Contents

  1. Introduction (10 p)
  2. Problématique (20 p)
  3. Contexte socio-technique
    1. Histoire géopolitique des usages de l'internet (50 p)
      1. Le peuplement du world wide web (20 p)
        1. Read or Edit the Web
        2. Communautés en ligne et productions épistémiques
        3. Structures de gouvernance
      2. Le Web Participatif (15 p)
        1. L'utopie de l'intelligence collective
        2. Le travail 2.0
        3. Publicité et confidentialité: une frontière fuyante ?
      3. Les wikis (15 p)
        1. Un wikiwikiWeb
        2. Caractéristiques générales des wikis
        3. Wikis et philophie libriste
  4. Cadre théorique (130 p)
    1. Les théories sociales de la connaissance (60 p)
      1. Action située et cognition distribuée (20 p)
      2. Connaissance et pragmatisme (20 p)
    2. Dimensions politiques des artefacts cognitifs (20 p)
      1. Supports cognitifs et connaissance
      2. Déterminismes, usages et significations
      3. Politisations et appropriations
    3. Épistémologie sociale des communautés en ligne
      1. Le problème de la légitimité sociale du sens commun (20 p)
      2. La notion de contribution
      3. Controverses et conventions
  5. Démarche méthodologie (60 p)
    1. Une ethnographie en ligne (30 p)
      1. Histoire des ethnographies en ligne
        1. Selon les postures
        2. Selon les terrains
        3. L'ethnographie des wikis
      2. Une posture participative (15 p)
        1. Enjeux épistémiques
        2. Délimitation conjointe de l'intérêt de l'étude
        3. Focus group
      3. Dispositif d'observation
        1. Observation
        2. Questionnaire en ligne
        3. Entrevues
    2. Réflexivité (15 p)
      1. Les wikis et moi
      2. Une perspective praticienne
      3. Rapports chercheur et communauté
    3. Une approche pragmatique de la production de connaissance (30 p)
      1. La (sociologie) pragmatique
      2. Sociologie des conventions
      3. Sociologie des controverses
    4. Outils d'analyse
      1. Outils de visualisation des wikis
    5. Outils de visualisation des wikis
      1. Retour sur la mise en place des outils
      2. Questionnaire en ligne, bilingue
        1. Focus group
        2. Contacter les contributeurs de Debian
    6. Dispositions éthiques
  6. Analyse (120 p)
    1. Le projet Quebéc dans Wikipédia (35 p)
      1. Le projet Wikipédia
      2. Controverses
      3. Construction de conventions
    2. Le Wiki d'Ubuntu francophone(35 p)
      1. Ubuntu et sa documentation
      2. Controverses
      3. Construction de conventions
    3. Le wiki de Debian (35 p)
      1. Debian et sa documentation
      2. Controverses
      3. Construction de conventions
    4. Retour sur les notions de sens commun et de contribution
  7. Conclusion (15 p)
  8. Bibliographie (15 p)
    1. Citations
    2. Ouvrages
      1. Sur le don, la reconnaissance et la notion de contribution
      2. Sur la cognition sociale
      3. Sur la légitimité de la connaissance
      4. Sur la politisation des usages des technologies
      5. Sur les wikis
        1. Wikis et travail
        2. Sociologie du WikiWay
        3. Wikis sur les wikis
      6. Sur le libre
      7. Sur les projets derriere les wikis
        1. Debian
        2. Sur Wikipédia
        3. About Wikipedia and History
      8. Métho | Ethnographie en ligne
      9. Non Scientifique
      10. À lire
    3. Research on Social Network Site
    4. En bibliotheque
      1. Sur le Don
        1. UQAM - Université du Québec à Montréal
        2. BANQ
  9. Annexe (10 p)

Introduction (10 p)

Problématique (20 p)

Contexte socio-technique

Histoire géopolitique des usages de l'internet (50 p)

(Les artefacts et leurs politiques d'utilisation )

Le peuplement du world wide web (20 p)

Read or Edit the Web

  • T. B. Lee read/edit button
  • Évolution des conditions d'accès
  • Coding / rendering : le wiki comme outil de symplification

Communautés en ligne et productions épistémiques

  • Reinghold.

http://www.rheingold.com/vc/book/3.html

Structures de gouvernance

Le Web Participatif (15 p)

  • OECDE Report

L'utopie de l'intelligence collective

Le travail 2.0

  • Le CSCW et la médiatisation efficiente
  • Motivations pour le travail gratuit
  • Le travail invisible
  • Mosco CJC. Labor and Communication Studies
  • Tisinia Terranova

Publicité et confidentialité: une frontière fuyante ?

Les wikis (15 p)

Aigrain, Philippe. 2003. The Individual and the Collective in Open Information Communities. . Dans . Bled, Slovenija, juin 11. http://opensource.mit.edu/papers/aigrain3.pdf.

" The community that looked impossible: Wikipedia

It sure is weird that the Wikipedia works

Clay Shirky, op. cit. linking to “Wikipedia: Our Replies to our Critics”, http://www.wikipedia.org/wiki/Wikipedia%3AOur_Replies_to_Our_Critics

Wikis are server side Web software (written in a variety of scripting languages) that enable users to edit a Web page (using simplified control on HTML underlying structure) as they browse it. One can find a general introduction to Wikis in [6]. Most Wiki software is GPL-ed free software. The original Wiki software was defined in 1995 within the design pattern software engineering community for its own needs. When I was still working in research funding in this field, I often joked that this was the ultimate proof of the value of research funding. Design patterns, despite their merits, still struggle to penetrate software engineering practice. Who would have guessed that the community working on this topic would in the end achieve what is a true revolution in the information society through a simple tool that they produced “on the side”?

Wikis can be used in a variety of ways: as co-operative work tools for a restricted group, for instance the editors of a Web site, or “in the open” by allowing anyone to edit contents.

Free encyclopedias have been for quite a few years one of the highest priorities in open contents. Several projects have emerged. It is worth studying the respective fate of 2 of them: Nupedia7 and Wikipedia8. Both projects are creating articles subject to the same license, the GNU Free Documentation License. Both are producing articles in the form of HTML pages. But their ways of working are radically different. Nupedia defines itself as a peer-reviewed encyclopedia, with a classical peer-review editorial process, and the related organisation of roles (editors, reviewers, copy editors, etc.). It also emphasizes titles of academic recognition as a guarantee of quality. Meanwhile, Wikipedia lets anyone free to contribute or modify articles using an adapted Wiki. When it started, most people, include myself thought that it would simply not work. We have all witnessed email lists or dicussion fora being overwhelmed by flames and noise, how could one let anyone come and “destroy” a piece, include spurrious articles, inject erroneous facts, libellous statements? We were just all wrong, because we had underestimated 2 factors.

The first factor is that there is more to laws than police enforcement. Wikipedia has what Clay Shirky calls a constitution, a clear vision of what it is trying to achieve, a related code of conduct (see its statement on neutrality of point of view9), The second factor is that Wikipedia has mechanisms and software tools to guarantee that if enough people actually work according ot its constitution, it will not be destroyed by a limited number of hostile or noisy contributions. The key mechanism in this case is an advanced versioning system, allowing to easily go back to an earlier version of an article. But there are many other small technical features that play an important role such as an easy way to create links to non-existent articles that will appear as “missing and demanded” when people browse. Some people have also argued that the simplest fact that it is so easy to break in a Wikipedia article and modify it removes much of the motivation for negative contributions.

Not only are there today (5 June 2003) 130000+ articles in the English version of Wikipedia, but there are Wikipedia at some degree of elaboration in 40 languages, including Slovenian10. And these languages versions are original, not translations of each other. There is even a coordination project to link them one of with the others, without assuming that the decomposition of subjects will necessarily be identical in various language versions. When one picks a random article, or an article in a recently created language version of Wikipedia, one is likely to find an empty shell, or a ridiculously elementary article. If you just go away thinking that it is not worth losing your time, you get it all wrong. Many of these empty shells will turn in blossoming trees. Many of these elementary articles will become elaborated presentations of complex subjects. And quality is contagious in open information communities. When one starts seeing it in other contributions, it becomes much more rewarding to invest into making a good one also.

In “dense regions” Wikipedia articles tend to be shorter (than classical paper encyclopedia articles) and extensively linked one with each other. As a set, they look closer to Vannegar Bush's dream in “As you may think” that anything else that I have seen.

It is too early to say if and how Wikipedia will keep scaling up, how for instance it will be able to redesign itself when the evolutionary process produces sub-optimal structures. There are signs that it does scale up, but it could be that new instruments will become necessary to decide about certain major structure redesigns. It is also too early to say that Nupedia will not in the end reach critical mass. It sure builds up much slower, but many free software projects have also taken a long time to reach critical mass. And finally, Nupedia and Wikipedia do not think of each other as competitors: Nupedia links on its top page to Wikipedia as a “complementary encyclopedia project "

Un wikiwikiWeb

Caractéristiques générales des wikis

Y a t il une culture propre aux wikis ? On entend parler de Wikiway, d'esprit wiki, de façon de faire wiki ou pas wiki, de wikivism ? Est ce là accorder trop de pouvoir au dispositif ? Est ce une approche trop deterministe des dispositifs techniques ? Mais alors à quoi font référence les acteurs qui évoquent le wikiway, pour juger du bien fondé de telle ou telle pratique ? En nous basant sur notre connaissance des activités liées aux wikis en Amérique du Nord, nous verrons qu'il semble bien y avoir une culture wiki, celle ci est animée par des tensions internes, quelques interpretations divergentes, quelques évolutions convergentes. En nous basant sur l'usage des wikis par les trois communautés qui nous intéresse, nous verrons que chacune a des valeurs propres, qu'ils inscrivent dans la configuration, la gestion, l'évolution de leur dipositif. Cependant, les entretiens qualitatifs chercheront à mettre en valeur ce qui est propre aux wikis, ce qui relevent du wikiway, ou plus simplement, en quoi ce dispositif caractérise une façon de collaborer et de construire des connaissances.

Wikis et philophie libriste

http://www.framablog.org/index.php/post/2007/04/01/Wikipedia-neutralite-logiciel-libre --- CatégorieThèse

Cadre théorique (130 p)

Les théories sociales de la connaissance (60 p)

Action située et cognition distribuée (20 p)

Connaissance et pragmatisme (20 p)

Dimensions politiques des artefacts cognitifs (20 p)

Supports cognitifs et connaissance

Déterminismes, usages et significations

Politisations et appropriations

Épistémologie sociale des communautés en ligne

Le problème de la légitimité sociale du sens commun (20 p)

La notion de contribution

Controverses et conventions

--- CatégorieThèse

Démarche méthodologie (60 p)

Une ethnographie en ligne (30 p)

La méthode que j'utilise s'inscrit tout d'abord dans une tradition, certes récente, d'ethnographie en ligne. Nous présenterons brièvement les particularités sociales de ce terrain médiatisé et les implications épistémiques et éthiques de l'observation d'usage en ligne. Nous décrirons ensuite le dispositif d'observation qui sera mis en place

Histoire des ethnographies en ligne

Brièvement, j'exposerai dans cette partie la tradition de l'ethnographie en ligne. L'ethnographie en ligne conserve de l'ethnographie traditionnelle certaines caractéristiques comme l'immersion du chercheur dans la vie de ses sujets. Cette immersion auprès des sujets distingue l'ethnographie des pratiques de data mining ou d'analyse des réseaux, plus quantitatives. On distingue deux postures d'immersion.

L'une est purement observatrice: le chercheur n'intervient pas et se fait accepter du groupe comme simple "lurker" (individu propre à la culture internet qui lit les discussions espace d'échange et profite des productions sans jamais participer ou contribuer). Nous suggérons que la publicité de nombreux espaces virtuels et le grand nombre de participants discrets ou muets banalise cette posture d'observation non participante.

D'autres chercheurs ont développés des approches plus participatives, par lesquelles ils interviennent comme des membres à part entière des communautés et espaces étudiés. Cette posture poursuit la tradition des observations participantes, qui implique un engagement plus profond auprès des groupes étudiés mais aussi une reflexivité accrue quand au rapport aux sujets et au terrain.

En particulier, je présenterai les travaux suivants :

  • Bogumil Jewsiewicki et Madeleine Pastinelli, 2000, "L'ethnographie du monde numérique, ou comment faire du terrain dans le meilleur des mondes " (introduction des rédacteurs), Ethnologies, vol. 22, no 2, p. 5-37. (texte intégral)

  • Clarke, P. (2000, September 6,7,8). The Internet as a medium for qualitative research. Paper presented at the 2nd Annual Conference on World-Wide Web Applications. Retrieved April 30, 2003,
  • http://generalupdate.rau.ac.za/infosci/conf/Wednesday/Clarke.htm.

  • Cf Fiche de Lecture

  • Crichton, Susan, et Shelley Kinash. 2003. Virtual Ethnography: Interactive Interviewing Online as Method. Canadian Journal of Learning and Technology 29, no. 2.
  • http://www.cjlt.ca/content/vol29.2/cjlt29-2_art-5.html (Accédé Janvier 14, 2008).

  • Cf Fiche de Lecture

  • Hammersley, Martyn (2002) Ethnography and the disputes over validity. In: Debates and developments in ethnographic methodology. Studies in educational ethnography (6). JAI Press, New York, USA. ISBN 0-7623-0893-1 & 978-0-7623-0893-4

  • Hine, Christine. 2000. Virtual Ethnography. Sage.
  • Pastinelli, Madeleine 2007 " Des souris, des hommes et des femmes au village global. Parole, pratiques identitaires et lien social dans un espace de bavardage électronique"Laval: PUL, Laboratoire de communautique appliquée. 336 p.

  • Rheingold, H. 2000. The Virtual Community. Homesteading on the Electronic Frontier [revised ed.]. Cambridge: MIT Press.

Selon les postures

Selon les terrains

L'ethnographie des wikis

Les wikis ont été étudiés depuis les années 2000.

Une posture participative (15 p)

Enjeux épistémiques

Délimitation conjointe de l'intérêt de l'étude

Focus group

Dispositif d'observation

Observation

Questionnaire en ligne

Entrevues

Réflexivité (15 p)

Les wikis et moi

  • Découverte
  • Affinités techno-politiques
  • L'acquisition d'une compétence socio-technique

Une perspective praticienne

  • La texture des wikis
  • Une cognition hypertextualisée

Rapports chercheur et communauté

=== Posture ====

  • Bien qu' engagée dans une approche participative, je ne vais pas agir comme contributrice dans les différents projets. Il est de toute façon difficile de concevoir que le chercheur se présente d'égal à égal vis à vis d'une communauté dont la production est notamment épistémique: celui ci en connaîtra nécessairement moins que les acteurs. à moins qu'il ne soit expert à priori. Mon attitude participative consiste donc essentiellement à ouvrir l'orientation et l'interprétation de la recherche aux participants des différents projets. La diffusion des analyses conclura vraisemblablement ma participation.
  • Dans la logique d'une démarche inspirée de la sociologie pragmatique, je reconnais aux participants la possibilité d'avoir une position savante et un jugement critique vis à vis de leur milieu.
  • Le fait de mettre en valeur le savoir des participants permet notamment d'établir un certain équilibre entre le chercheur et l'acteur social. Mais comme nous l'avons démontré dans un chapitre de livre « Recherche en sciences sociales et groupes communautaires à l'ère numérique » (à paraître) (avec Couture Stéphane in Proulx, Couture, Rueff, (dir) L'action communautaire à l'ère du numérique, Montreal : PUQ.), cette présentation des rapports entre chercheurs et acteurs implique également une plus grande attention de la part des acteurs vis à vis de la restitution des données de la recherche.

Une approche pragmatique de la production de connaissance (30 p)

La (sociologie) pragmatique

Sociologie des conventions

Sociologie des controverses

Le fait qu'il puisse y avoir débat n'est pas seulement le fondement d'un systeme démocratique, c'est aussi, comme l'aura montré XXX, le fondement de la rationalité scientifique. Pourtant les débats ne sont pas toujours rationnels, fondé sur des arguments du même ordre ou porté par des acteurs ayant la même légitimité.

Analyser les controverses sur ce principe : quand il y a débat, il y a doute sur la connaissance. Et quand il y a possiblement construction de connaissance. Deux raisons d'étudier les controverses :

  • - analyser les champs de connaissances non stabilisés - analyser la façon dont une communauté gére ces controverses et en tire de la connaissance.

Deux champs théoriques nous intéressent à ce sujet : la sociologie des controverses scientifiques et l'épistémologie social

La sociologie des controverses

Cette approche des phénomènes scientifiques a été notemment remis au gout du jour par les auteurs de la sociologie pragmatique française. Les controverses sont analysées de façon systématiques, sous l'angle des différentes épreuves que les acteurs et les arguments doivent franchier pour 'être létigitimé. L'analyse vise notemment à faire resortir une typologie des types d'appuis auxquels ont recours les acteurs pour fonder leurs actes et leurs jugements. En montrant le caractére social de la connaissance scientifique, certains auteurs, comme Bruno Latour, ont présenter la science sous l'angle d'un certain relativisme culturel voir politique. Dominique Raynaud, 2003, propose un néo rationalisme qui renoue avec la notion de certitude en science tout en reconnaissant l'évolution des modèles explicatifs.

L'épistémologie sociale

L’épistémologie sociale est une analyse de la dimension sociale de la connaissance. Son point de départ est le constat que de nombreux phénomènes ne nous sont connus que par l’intermédiaire des autres et que la connaissance a non seulement des sources directes, celles auxquelles le sujet a lui-même accès, mais aussi des sources indirectes reposant sur la confiance ou sur l’autorité accordée à autrui. La construction, au cours d’interactions, de justifications recevables ou acceptables ; les modes ordinaires de pensée et de raisonnement ; ou encore les relations de coopération et de collaboration dans une «communauté épistémique » sont les objets de l'épistémologie sociale, cette sociologie de la production de connaissance plus ordinaire.

Dans un wiki, et en particulier dans Wikipedia, la connaissance est produite par le biais de contributeurs qui créént ou éditent une page portant sur un concept spécifique. Cette édition n'implique pas d'épreuve sociale ou technique particuliere, puisque dans les wikis publics, sauf mention contraire, tout le monde est autorisé à éditer une page, il n'y a ni signature obligatoire, ni modération a prioro du contenu. C'est a postériori, après qu'elle eut été sauvergardé par l'usager, que la contribution est confrontée à l'épreuve du temps, ou plus exactement à l'épreuve du regard, de la critique ou de la modification des autres contributeurs.

Outils d'analyse

Outils de visualisation des wikis

Outils de visualisation des wikis

Retour sur la mise en place des outils

Questionnaire en ligne, bilingue

Focus group

Contacter les contributeurs de Debian

Passser sur la page de chacun des membres qui ont enregistrés une page personnelle. Certains wikignome semblent veiller à ce que les pages personnelles soient bien enregistrées sous le template approprié, ce qui me permet de penser que je n'en ai pas trop perdu. Je suis donc passée sur chacune des pages pour essayer de trouver le contact courriel. Ne pas utiliser de m/canisme qui trouve automatiquement les adresses de courriels. De toute facon, chacun de ces personnes a /crit son adresse de facon a ce qu<elle ne soit lisible que par un humain. J'admire l ingeniosite des uns et em questionne sur le mimetisme des autres. Est ce que SPAM FREE n'est pas automatiquementd/couvert par des robots chercheurs. Est ce que ca fonctionne autant que les affiches contre les publisacs devant nos portes d'entree. Est ce que les robots spammeurs ont un quelqu'onque sens moral ? je ne le crois pas. A pratique automatisée réponse diversifiée qui demande un miminum d'intelligence. La plupart des débianistes sont des hommes, il y a une majorité d'américain, beaucoup d'allemands et d'anglais, pas mal de sud américains, quelques francais, quelques norvégiens et quelques italiens, deux ou trois japonais et canadians. La plupart des pages respectes le Format WikiName.

Je me suis inscrit à ce wiki, comme si j'en étais une rééelle contributrice. Le lendemain, un contributeur me contact par courriel pour m'indiquer une page indiquant comment contribuer à Debian sans coder en particulier une section sur les experts de comportements sociaux et une autre page indiquant une étude sur la gouvernance et l'organisation sociale de Debian

Dispositions éthiques

Analyse (120 p)

Le projet Quebéc dans Wikipédia (35 p)

Pour Wikipédia, je m'intéresserai plus particulierement à la gestion des projets, en l'occurence, le projet Québec.

Les projets Wikipédia permettent de coordonner les efforts des contributeurs autour de sujets précis, notamment les portails. Les projets regroupent des ressources, des discussions, des recommandations et des outils de travail. Les portails sont des introductions thématiques destinées à présenter de façon structurée les informations autour d'un thème donné. Ce mode de navigation est à généraliser parce qu'il est considéré comme une des meilleures façons de montrer le contenu de Wikipédia sur un mode à la fois structuré et ludique. Le portail est aussi un moyen de faire apparaître la richesse de Wikipédia sur un thème particulier, mais aussi ses lacunes, et donc d'inciter à les compléter.

Le projet Québec est un projet Wikipédia mis en place pour coordonner les efforts sur le Québec et destiné à faciliter les travaux de l'ensemble des contributeurs, même occasionnels. Le projet contribue également à la maintenance du Portail:Québec et des 10205 articles qui y sont rattaché. Au Canada, il y a trois projets qui concernent la géographie : le projet Canada, le Projet Nouvelle-France, Projet Acadie, le projet Québec et le projet Quéebc Ville. Ce dernier est cependant "endormi" c'est à dire peu dynamique depuis quelques temps.

Le projet Wikipédia

Controverses

Construction de conventions

Le Wiki d'Ubuntu francophone(35 p)

Ubuntu et sa documentation

Controverses

Construction de conventions

Le wiki de Debian (35 p)

Debian et sa documentation

Controverses

Construction de conventions

Retour sur les notions de sens commun et de contribution

Conclusion (15 p)

Bibliographie (15 p)

bib.png

Citations

« Au lieu d’imposer à tous les autres une maxime dont je veux qu’elle soit une loi universelle, je dois soumettre ma maxime à tous les autres afin d’examiner par la discussion sa prétention à l’universalité. Ainsi s’opère un glissement : le centre de gravité ne réside plus dans ce que chacun souhaite faire valoir, sans être contredit, comme étant une loi universelle, mais dans ce que tous peuvent unanimement reconnaître comme une norme universelle ». (Jürgen HABERMAS, Morale et communication. Conscience morale et activité communicationnelle, Cerf, Paris, 1996, p. 88.)

Ouvrages

Sur le don, la reconnaissance et la notion de contribution

Articles et ouvrages :

Blog :

Sur la cognition sociale

  • Aigrain, Philippe (2003): The Individual and the Collective in Open Information Communities. In: 16th BLED Electronic Commerce Conference. http://opensource.mit.edu/papers/aigrain3.pdf

  • Auray, Nicolas (2004), « La régulation de la connaissance : arbitrage sur la taille et gestion aux frontières dans la communauté Debian »
  • Bouvier, Alban et Conein, Bernard (eds.), 2007, L'épistémologie sociale. Une théorie sociale de la connaissance. Collection Raisons pratiques, Vol.17 Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 320 p.
  • Butler, B., Sproull, L., Kiesler, S., Kraut, R., "Community effort in online groups: Who does the work and - why?" In Weisband, S. & Atwater, L. (Eds). Leadership at a distance, Erlbaum.

  • Conein, Bernard, 2004, « Communauté épistémique et réseaux cognitifs : coopération et cognition distribuée » . En ligne.http://www.freescape.eu.org/biblio/article.php3?id_article=176

  • Conein, Bernard, 2006, Les sens sociaux, trois essais de sociologie cognitive, Paris, Economica
  • Cohendet Patrick, Frédéric Créplet, Olivier Dupouët 2003 Innovation organisationnelle, communautés de pratique et communautés épistémiques : le cas de Linux no 146 2003/5

http://www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2003-5-page-99.htm

  • Elliott,Mark, 2006. "Stigmergic Collaboration: The Evolution of Group Work" in Media and Culture Journal May Volume 9 Issue 2] [http://journal.media-culture.org.au/0605/03-elliott.php

  • Eve, Michael, 2002. "Deux traditions dans l'analyse des réseaux sociaux", Réseaux 21, n°115, pp. 185-212.
  • Galagher, J., Sproull, L., & Kiesler, S. (1998). "Legitimacy, authority, and community in electronic support groups". Written Communication, 15, 493-530.

  • Gensollen, Michel (2006), « Des réseaux aux communautés : la transformation des marchés et des hiérarchies », dans Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, ouvrage collectif sous la direction de Serge Proulx, Louise Poissant et Michel Sénécal.
  • Gueorguieva, Valentina. 2004. “La connaissance de l'indéterminé. Le sens commun dans la théorie de l'action.” En ligne sur: http://archimede.bibl.ulaval.ca/archimede/files/563e8710-d406-47d9-881a-4da58727b6db/21927.html [Accédé Janvier 21, 2008].

  • Kollock,Peter and Marc Smith,1996, "Managing the Virtual Commons: Cooperation and Conflict in Computer Communities"” Pp. 109-128 in Computer-Mediated Communication: Linguistic, Social, and Cross-Cultural Perspectives, edited by Susan Herring. Amsterdam: John Benjamins. En ligne. http://www.sscnet.ucla.edu/soc/faculty/kollock/papers/vcommons.htm

  • Le Bon, Gustave, 1895, The Crowd: A Study of the Popular Mind. En Ligne sur Project Gutenberg. http://onlinebooks.library.upenn.edu/webbin/gutbook/lookup?num=445.

  • Lee, Gerald Stanley,1913. Crowds. A moving-picture of democracy. Doubleday, Page & Company. Mise en Ligne sur Project Gutenberg en Mai 2005 http://www.gutenberg.org/etext/15759.

  • Nielsen,Jakob, 2006. "Participation inequality" October 9 En ligne. http://www.useit.com/alertbox/participation_inequality.html

  • Reilly,Rob et Barry Kort. 2001. « Establishing Rules and Conventions for the Infrastructure: The 'Tragedy of the Unmanaged Commons' as a Determinate Factor » in Proceedings of the 10th IEEE International Workshops on Enabling Technologies: Infrastructure for Collaborative Enterprises . p: 315 - 318.

  • Surowiecki,James. 2004.The Wisdom of Crowds: Why the Many Are Smarter Than the Few and How Collective Wisdom Shapes Business, Economies, Societies and Nations Little, Brown ISBN 0-316-86173-1

Sur la légitimité de la connaissance

  • R. Coase, 1937. "The Nature of the firm," Economica, number 4, pp. 386–405.
  • B. Ellickson, B. Grodal, S. Schotchmer, and W. Zame, 2001. "Clubs and the market: Large finite economies," Journal of Economic Theory, volume 101, number 1, pp. 40–77.
  • B. Frey, 2002. "Publishing as prostitution? Choosing between one’s own ideas and academic failure," Zurich: Institute for Empirical Research in Economics, Working Paper number 117 (June); and at http://www.iew.unizh.ch/wp/iewwp117.pdf.

  • D. Kreps, 1990. A Course in microeconomic theory. London: Harvester Wheatsheaf.
  • S. Krishnamurthy, 2002. "Cave or community? An Empirical examination of 100 mature open source projects," First Monday, volume 7, number 6 (June), at http://firstmonday.org/issues/issue7_6/krishnamurthy/.

  • D. Harhoff, J. Henkel, and E. von Hippel, 2000. "Profiting from voluntary information spillovers: How users benefit by freely revealing their innovations," MIT Sloan School of Management, WP (July), and at http://www.inno-tec.bwl.uni-muenchen.de/forschung/henkel/FreeRevealing2003.pdf.

  • J. Lerner and J. Tirole, 2000. "The Simple economics of open source," Working Paper, number w7600 (March). Cambridge Mass.: National Bureau of Economic Research.
  • R. Mansell and W. Steinmueller, 2000. Mobilizing the information society. Oxford: Oxford University Press.
  • J. Marshak and R. Radner, 1972. Economic theory of teams. New Haven, Conn.: Yale University Press.
  • J. Mateos Garcia and W. Steinmueller, 2003a. "The Open source way of working: A New paradigm for the division of labour in software development?" Brighton: SPRU, Science and Technology Policy Research, Open Source Movement Research, INK, Working Paper number 1 (January), at http://www.sussex.ac.uk/spru/publications/imprint/sewps/sewp92/sewp92.pdf.

  • J. Mateos Garcia and W. Steinmueller, 2003b. "Applying the open source development model to knowledge work," Brighton: SPRU, Science and Technology Policy Research, Open Source Movement Research, INK, Working Paper number 2 (January), at http://www.sussex.ac.uk/spru/publications/imprint/sewps/sewp94/sewp94.pdf.

  • C. McGuire and R. Radner, 1972. Decision and organization. London: North Holland.

  • A. Neus, 2001. "Managing information quality in virtual communities of practice," In: E. Pierce and R. Katz–Haas (editors). IQ 2001: Proceedings of the 6th International Conference on Information Quality at MIT. Cambridge, Mass.: MIT Sloan School of Management, and at http://opensource.mit.edu/papers/neus.pdf.

  • S. Scotchmer, 2002. "Local public goods and clubs," In: A. Auerbach and M. Feldstein (editors). Handbook of Public Economics, volume 4, pp. 1998#150;2042, and at http://ist-socrates.berkeley.edu/~scotch/survey.pdf.

  • W. Steinmueller, 2002. "Virtual communities and the new economy," In: R. Mansell (editor). Inside the communication revolution: Evolving patterns of social and technical interaction. Oxford: Oxford University Press.
  • D. Teece, 1988. Technological change and economic theory. London: Pinter.
  • O. Williamson, 1985. The Economic institutions of capitalism. New York: Free Press

Sur la politisation des usages des technologies

  • Agre, Phillip. 2004. « The practical republic. » in Community in the digital Age. Rowman and Littlefield.
  • Aigrain, Philippe, 2005. Cause commune. L'information entre bien commun et propriété, Paris: Fayard
  • Auray, Nicolas. 2002. « De l’éthique à la politique : l’institution d’une cité libre ». in Multitudes. En Ligne. no 8 (Mars)<http://multitudes.samizdat.net/spip.php?article141>. Consulté le 23 août 2007.

  • Arendt, Hannah. 2001. Qu'est-ce que la politique ? Paris: Seuil.
  • Barbrook, Richard. 1998. « L'économie du don high-tech ». in Freescape. En ligne. <http://www.freescape.eu.org/eclat/2partie/Barbrook/barbrook2txt.html>. Consulté le 23 août 2007.

  • Bennett Lance W. 2004. « Communicating Global Activism. » in Cyberprotest: New Media, Citizens, and Social Movements, 123-146. Win van de Donk, Brian Loader, Paul Nixon, and Dieter Rucht.
  • Blondeau, Olivier. 2004. « Celui par qui le code est parlé ». in samizdat.net. http://infos.samizdat.net/article234.html (accédé le 4 octobre 2007).

  • Bosselut, Clémence. 2005. Le souci des autres. Éthique et politique du care. Paris: Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 349 p.
  • Callon, Michel, Pierre Lascoumes, et Yannick Barthe. 2001. Agir dans un monde incertain - Essai sur la démocratie technique. Seuil.
  • Couture, Stéphane, 2006. « Logiciel libre, activité technique et engagement politique: La construction du projet GNU en Argentine ». Mémoire de Maîtrise en ligne, Québec, Université du Québec à Montréal - École des médias Canada <http://www.cirst.uqam.ca/default.aspx?tabId=63&ctl=Details&mId=414&NoCV=308> Consulté le 23 août 2007.

  • Delsalle, Sébastien, 2005, « Vers une cité du libre. Le modèle théorique de la cité par projets », http://www.freescape.eu.org/biblio/article.php3?id_article=187 (accédé le 2 février 2006)

  • Escher, Tobias. 2004. Political Motives of Developers for Collaboration on GNU/Linux. Dissertation submitted for the degree of MA (Globalization and Communications), University of Leiceister, http://opensource.mit.edu/papers/escher.pdf. (accédé le 4 octobre 2007).

  • Feenberg, Andrew. 1991. Critical Theory of Technology. New York: Oxford University. http://ssc.sagepub.com/cgi/content/abstract/10/3/447-a (accédé le 4 octobre 2007).

  • Feenberg, Andrew, et Darin Barney. 2004a. Community in the Digital Age - philosophy and practice. Lanham, MD: Rowman and Littlefield.
  • Feenberg, Andrew, et Darin Barney. 2004b. « Consumers or Citizen? The online community debate. » in Community in the digital Age. Lanham, MD: Rowman and Littlefield.
  • Feenberg, Andrew, 2004c. Repenser la technique : vers une technologie démocratique . Trad. [de l'anglais par] Anne-Marie Didon, révisée par Alain Caillé et Philippe Chanial. Paris : la Découverte : MAUSS, 230 p.
  • Gensollen, Michel. 2006. Des réseaux aux communautés : la transformation des marchés et des hiérarchies. in Communautés virtuelles : penser et agir en réseau. Montréal: Presses de l'Université Laval. http://www.gensollen.net/article1.htm (accédé le 12 septembre, 2007).

  • Granjon, Fabien. 2001. L’Internet militant. Mouvement social et usage des réseaux télématiques. Rennes: Apogée.
  • Goldenberg, Anne, 2007. «L'ouverture des processus comme militantisme : ou les modalités de participation à Koumbit, collectif de travailleurs du libre. »in Proulx, Couture, Rueff, (dir) L'action communautaire à l'ère du numérique, Montreal : PUQ. (à paraître)
  • Gurstein, Michael, 2000. Community Informatics. Enabling Communities with Information and Communication Technologies, Hershey: Idea Group Publishing
  • Habermas, Jurgen, 1978, L'Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, (édition originale allemande, 1962).
  • Habermas, Jurgen, 1987, Théorie de l'agir communicationnel. Paris : Fayard, (édition originale allemande, 1981).
  • Habermas, Jürgen. 1990. La technique et la science comme idéologie. Gallimard.
  • Heidegger, Martin, 1958. "La question de la technique", in Essais et conférences, Gallimard. (édition originale allemande, 1949).
  • Himanen, Pekka, 2001. L’Ethique hacker et l’esprit de l’ère de l’information, Paris : Exils
  • Langlois, Andrea et Frederic Dubois. 2005. Autonomous Media : Activating Resistance& Dissent. Montréal : Cumulus Press.

  • Jhonson, Diane, et Bruce Bimber. 2004. « The Internet and Political transformation revisited ». in Community in the digital Age. Lanham, MD: Rowman and Littlefield.

Khan, Richard, et Douglas Kellner. « Virtually Democratic: online communities and Internet Activism. » in Community in the digital Age. Lanham, MD: Rowman and Littlefield.

Kollock, Peter, et Marc Smith. 1996. Managing the Virtual Commons. Computer-Mediated Communication: Linguistic, Social, and Cross-Cultural Perspectives. p.109-128. http://www.sscnet.ucla.edu/soc/faculty/kollock/papers/vcommons.htm (accédé le 12 septembre, 2007).

Latrive, Florent. 2004. Du bon usages de la piraterie : culture libre, sciences ouvertes. Paris : Exils.

Lee, Gerald Stanley. 1914. Internet Archive: Details: Crowds : a moving-picture of democracy. Garden City, New York : Doubleday, Page and company. http://www.archive.org/details/crowdsmovingpict00leegrich (accédé le 12 septembre, 2007).

Poster, Mark. Nd. « Workers as cyborg, Labor and Network Community. » in Community in the digital Age. Lanham, MD: Rowman and Littlefield.

Proulx, Serge et Francis Jauréguiberry, 2002. Internet nouvel espace citoyen ?. Paris : L’Harmattan.

Raymond, Eric S, 1999. À la conquête de la noosphère. Version 1.14, du 21 novembre En ligne Traduit de l'anglais pr Emmanuel Fleury & Sébastien Blondeel <http://www.linux-france.org/article/these/noosphere/homesteading-fr-15.html>. Consulté le 23 août 2007.

Reilly, Rob et Barry Kort 2001. « Establishing Rules and Conventions for the Infrastructure. » in Infrastructure for Collaborative Enterprises (WETICE 2001). http://computer.org/proceedings/wetice/1269/12690315abs.htm (accédé le 12 Septembre 2007).

Rodota, Stefano. 1999. La démocratie électronique. De nouveaux concepts et expériences politiques. Rennes: Apogée.

Simondon, Gilbert. 1989. Du mode d'existence des objets techniques . Paris: Aubier.

Thomson, Iain, 1999. « What’s Wrong with Being a Technological Essentialist A Response to Feenberg ». in Symposia on Questionning Technology, http://www-rohan.sdsu.edu/faculty/feenberg/symp4.htm (accédé le 4 octobre 2007).

Valéry, Paul, 1960. Tel Quel. OEuvres II. Bibliothèque de la Pléiade. Gallimard, p. 615.

Vitalis, André, et Serge Proulx. 1999. Vers une citoyenneté simulée. Médias, réseaux et mondialisation. Rennes: Apogée.

Sur les wikis

Wikis et travail

  • Steffen Blaschke and Klaus Stein (2008): Methods and Measures for the

Analysis of Corporate Wikis. Proceedings of the 58th Annual Conference of the International Communication Association (ICA), May 22-26, Montréal, Canada. http://www.kinf.wiai.uni-bamberg.de/WiOblog/wp-content/uploads/2008/08/blaschke_stein_2008_corporate_wikis.pdf

  • Johannes Moskaliuk, Joachim Kimmerle and Ulrike Cress (2008):

Learning and Knowledge Building with Wikis: The Impact of Incongruity between People’s Knowledge and a Wiki’s Information. Proceedings of the International Conference of the Learning Sciences 2008, vol. 2. (pp. 99-106). Utrecht, The Netherlands: International Society of the Learning Sciences, Inc.

  • Marieke Guy (2006): Wiki or Won't He? A Tale of Public Sector

Wikis. in: Aridne Issue 49 October 2006. http://www.ariadne.ac.uk/issue49/guy/

  • Bower, B., Woo, K., Roberts, M., Watters, P. (2006) Wiki Pedagogy

- A Tale of Two Wikis. Paper presented at the ITHET Conference, Sydney Australia. http://ieeexplore.ieee.org/xpl/freeabs_all.jsp?arnumber=4141627

  • Quiggin, John (2006), Blogs, wikis and creative innovation,

International Journal of Cultural Studies, Vol. 9, No. 4, 481-496 http://www.uq.edu.au/rsmg/WP/WPP06_1.pdf .

  • Mehler, Alexander (2006): Text Linkage in the Wiki Medium - A

Comparative Study. In: Proceedings of the EACL 2006 Workshop on New Text - Wikis and blogs and other dynamic text sources, Trento, Italy, April 3-7, pp. 1-8. http://www.sics.se/jussi/newtext/working_notes/01_mehler.pdf.

  • Köster, Jan-Paul (2005): Wiki-Collaboration in a Corporate Context -

Possible Applications for Wiki Tools in the Business Environment. Master's Thesis. Passau: Universität Passau (Lehrstuhl für Wirtschaftsinformatik).

  • Wagner, Christian (2004): Wiki: A Technology for Conversational

Knowledge Management and Group Collaboration. In: Communications of the AIS, 13 Art. 19, 256-289 http://cais.aisnet.org/articles/default.asp?vol=13&art=19

Sociologie du WikiWay

Wikis sur les wikis

Sur le libre

  • Auray, N., "Le modèle souverainiste des communautés en ligne : impératif participatif et désacralisation du vote", Hermès, n°47, pp.137-145 http://ses.enst.fr/auray/2007HermesAuray.pdf (Une étude sur le mode de gouvernance et le statut des dispositifs participatifs dans les communautés en ligne, sur le double exemple de Wikipedia et de Debian : Cette étude a donné lieu à publication dans la revue Hermès n°47)

  • Barbrook, Richard. 1998. The Hi-Tech Gift Economy. Readme!: ASCII culture and the revenge of knowledge, Autonomedia. New York: Nettime Editors.
  • Blondeau, Olivier et Latrive, Florent, et al 2000. Libres enfants du savoir numérique Anthologie du Libre. Editions L'Eclat. ISBN 2-84162-043-3. consulté le 19 Novembre 2008

  • Coleman, E. Gabriella,Three Ethical Moments in Debian(September 15, 2005). Available at SSRN: http://ssrn.com/abstract=815924

  • Conein, B., Dorat, R., Latapy, M., Auray, N., "Multi-level analysis of an interaction network between individuals in a mailing-list", in Annals of telecommunications, Vol 62, No 3-4, april, http://ses.enst.fr/auray/2006DoratLatapyConeinAuray.pdf

  • Dang Nguyen , Godefroy, et Thierry Pénard. 1999. Don et coopération dans Internet : une nouvelle organisation économique ? In Terminal, Les logiciels libres: de l’utopie au marché.
  • Foray, Dominique, et Jean-Benoît Zimmermann. 2001. L'économie du Logiciel libre. Revue économique 52, no. 7: p. 77 à 93.
  • Himanen, Pekka, 2001, L'Éthique hacker et l'esprit de l'ère de l'information, préface de Linus Torvalds, postface de Manuel Castels. Essai sur l'éthique hacker pour repenser l'avenir de notre société. Editions Exils. ISBN 2-912969-29-8.
  • Horn François, 2004 L’Économie des logiciels, La Découverte, coll. « Repères », Paris.
  • Krafft Martin F. 2006 Debian Administration et configuration avancée Collection Blanche. en ligne

  • Lemyre, Pierre-Paul.Les logiciels libres sous l'angle de la Responsabilité Civile. 2002. en ligne

  • Machado, André Felipe, 2008, Scientific study about Debian Project governance and social organization en ligne

  • Matzan, Jem. 2004. The gift economy and free software. linux.com. http://www.linux.com/articles/36554.

  • Meltz, Raphaël, 2002 Les pingouins se déchaînent, in R de réel Volume L (janvier-mars 2002) Savoir en ligne

  • Moglen, Eben, 1999, « Anarchism triumphant : free software and the death of copyright », First Monday, août 1999, http://emoglen.law.columbia.edu/publications/anarchism-fr.html traduit en français par Jérôme Dominguez, Multitudes, n° 5, mai 2001.

  • Noisette Thierry et Perline, 2004, La bataille du logiciel libre: Dix clés pour comprendre Plaidoyer en 10 points. La Découverte, ISBN 2-7071-4384-7 http://www.labatailledulogiciellibre.info/

  • Raymond , Eric S. . 1998. À la conquête de la noosphère ( Homesteading the Noosphere). Traduit au printemps 1999 par Emmanuel Fleury & Sébastien Blondeel sur http://www.linux-france.org/article/these/noosphere/.

  • Richardson, Joanne. 2002. Logiciel libre et éthique du développement de soi. Multitudes Web en ligne

  • Smets-Solanes Jean-Paul, Faucon Benoît, 1999, Logiciels libres. Liberté, égalité, business, Edispher, Paris.
  • Souffron, Jean-Baptiste. 2002 La licence publique générale : un système original de protection juridique pour les créations issues des systèmes de développement coopératifs. En ligne

  • Torvalds Linus et Diamond David, 2001, Il était une fois Linux. L’extraordinaire histoire d’une révolution accidentelle, Osman Eyrolles Multimédia, Paris.

Sur les projets derriere les wikis

Debian

Une étude sur le mode de gouvernance et le statut des dispositifs participatifs dans les communautés en ligne, sur le double exemple de Wikipedia et de Debian : Cette étude a donné lieu à publication dans la revue Hermès n°47

Sur Wikipédia

About Wikipedia and History

Métho | Ethnographie en ligne

  • Bogumil Jewsiewicki et Madeleine Pastinelli, 2000, "L'ethnographie du monde numérique, ou comment faire du terrain dans le meilleur des mondes " (introduction des rédacteurs), Ethnologies, vol. 22, no 2, p. 5-37. (texte intégral)

  • Madeleine Pastinelli, 2007 " Des souris, des hommes et des femmes au village global. Parole, pratiques identitaires et lien social dans un espace de bavardage électronique"Laval: PUL, Laboratoire de communautique appliquée. 336 p.

  • Hine, Christine. 2000. Virtual Ethnography. Sage.
  • Rheingold, H. 2000. The Virtual Community. Homesteading on the Electronic Frontier [revised ed.]. Cambridge: MIT Press.
  • Hammersley, Martyn (2002) Ethnography and the disputes over validity. In: Debates and developments in ethnographic methodology. Studies in educational ethnography (6). JAI Press, New York, USA. ISBN 0-7623-0893-1 & 978-0-7623-0893-4

  • Crichton, Susan, et Shelley Kinash. 2003. Virtual Ethnography: Interactive Interviewing Online as Method. Canadian Journal of Learning and Technology 29, no. 2. http://www.cjlt.ca/content/vol29.2/cjlt29-2_art-5.html (Accédé Janvier 14, 2008).

  • Clarke, P. (2000, September 6,7,8). The Internet as a medium for qualitative research. Paper presented at the 2nd Annual Conference on World-Wide Web Applications. Retrieved April 30, 2003, from http://generalupdate.rau.ac.za/infosci/conf/Wednesday/Clarke.htm.

    plus voir Online Research Methods Bibliography

Non Scientifique

À lire

http://cmo.uqam.ca/wiki/lab/AnneGoldenberg/ToRead

Research on Social Network Site

http://www.danah.org/SNSResearch.html

En bibliotheque

Sur le Don

UQAM - Université du Québec à Montréal

  • Auteur: Godbout, Jacques, 1939-
    • Titre:Le don, la dette et l'identité : homo donator versus homo oeconomicus

    Éditeurs: Montréal : Boréal ; Paris : La Découverte , 2000

    Description:190 p.

Localisation: Centrale.Monographies

  • BJ1533G4.G638

Prêté jusqu'au 2008/04/25

  • Pour réserver


  • Auteur: Berking, Helmuth Titre: Sociology of giving Éditeur: London : Sage , 1999

    Collection: Theory, culture & society Description:x, 165 p. Localisation:

Centrale.Monographies

  • GT3040B4713.1999
    • Disponible


  • Auteur: Mauss, Marcel, 1872-1950

    Titre:Oeuvres

Éditeur: Paris : Éditions de Minuit , 1968-1969

  • Collection: Le Sens commun

    Description:3 volumes

Centrale.Monographies

  • Cote: GN6 M3555


Auteur: Godelier, Maurice, 1934- Titre:L'énigme du don Éditeur: Paris : Flammarion, 2002,c1996. Collections: Champs ; 527 Description:315 p. ; 18 cm.

  • Localisation:

Centrale.Monographies

  • HM35.G64.2002
    • Disponible

BANQ

Auteur: Godbout, Jacques, 1939-- Titre: Ce qui circule entre nous : donner, recevoir, rendre Éditeur: Paris : Éditions du Seuil, cop. 2007 Description: 394 p. ; 24 cm Collection: La couleur des idées ISBN: 978-2-02-092364-4 (br.) : Grande Bibliothèque - Niveau R - Actualités - Documentaires - 1.Sciences humaines et sociales - Retour prévu le 18-04-2008 2. Grande Bibliothèque - Niveau 3 - Documentaires - 3.302.072 G5779c 2007 - Retour prévu le 03-04-2008

Grande Bibliothèque - Collection nationale - Livres - 3. 302.072 G5779c 2007 - Consultation sur place


Auteur:Caillé, Alain, 1944- Chollet, Mona, 1973- Titre: De l'anti-utilitarisme : anniversaire, bilan et controverses / Éditeur: Paris : La Découverte Description: 541 p. ; 22 cm Notes: Constitue le no. 27 (premier semestre 2006) de: Revue du MAUSS semestrielle ISBN: 2-7071-4897-0 (br.) Exemplaire Grande Bibliothèque - Collection nationale - Livres - 1.144.6 D3378 2006 - Consultation sur place


Auteur: Moreau de Bellaing, Louis, 1932- [*8 doc.] Titre: Légitimation. 3, Don et échange / Louis Moreau de Bellaing. Éditeur: Paris : L'Harmattan, [*6421 doc.] 2005. Description: 356 p. ; 24 cm. Collection: Psychanalyse et civilisations [*70 doc.] ISBN: 2747595501 (br.) Exemplaire Grande Bibliothèque - Niveau 3 - Documentaires - 1.306.301 M837L 2005 - Retour prévu le 03-04-2008


Auteur: Hénaff, Marcel Titre: Le prix de la vérité : le don, l'argent, la philosophie / Marcel Hénaff. Éditeur: Paris : Editions du Seuil, [*8386 doc.] 2002. Description: 551 p. ; 21 cm. Collection: La couleur des idées . ISBN: 2020510502 (br.) Exemplaires Grande Bibliothèque - Niveau 3 - Documentaires - 1.306.3 H493p 2002 - Retour prévu le 29-03-2008

2.306.3 H493pr 2002 - Disponible


Titre: La connaissance sociologique : contribution à la sociologie de la connaissance / sous la direction de Francis Farrugia ; les auteurs, Louis Moreau de Bellaing ... [et al. Éditeur: Paris : L'Harmattan, [*6421 doc.] c2002. Description: 216 p. ; 22 cm. Collection: Logiques sociales. Sociologie de la connaissance ISBN: 2747529843 (br.)

  • Exemplaires

Grande Bibliothèque - Niveau 3 - Documentaires - 1. 306.42 C75226 2002 - Disponible

2. 306.42 C752co 2002 - Disponible


Auteur: Caillé, Alain, 1944- Titre: Don, intérêt et désintéressement : Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres / Alain Caillé. Édition: Nouv. éd. augm. Éditeur: Paris : La Découverte : M.A.U.S.S., 2005. Description: 348 p. ; 22 cm. Collection: Recherches. Bibliothèque du MAUSS ISBN: 2707144967 (br.) Exemplaire Grande Bibliothèque - Niveau 3 - Documentaires - 1. 306.301 C134d 2005 - Disponible

--- CatégorieThèse

Annexe (10 p)

--- CatégorieThèse

Index (last edited 2009-11-09 17:23:27 by localhost)